Pourquoi cuisine-t-on au beurre dans le nord et à l’huile dans le sud ?

Les coteaux arides semés d’oliviers au sud et les gras pâturages sont au Nord. Brièvement, le paysage agricole méditerranéen est basé sur le blé, l’olive, de l’arachide et la vigne. Ce fruit produit la matière grasse (l’huile d’olive) nécessaire à la préparation et cuisson des aliments. Mais au Nord, surtout du Massif Central (ce qui veut dire plus de 60% du territoire), l’élevage bovin est le plus courant chez eux. La matière grasse qui provient des animales (comme le lait de vache et donc aussi le beurre) est étalé sur toutes les tables dès le Moyen Age.

Au XIXe siècle, depuis ce temps où le système de transport est devenu plus développer, L’huile d’olive et le beurre sont devenu présents dans toutes les régions et sont aussi facilement disponibles dans tout l’hexagone. Mais cela n’empêche pas l’opposition dans les cuisines entre les adeptes du beurre et ceux de l’huile persistent encore. Surtout dans les milieux ruraux.

De nos jours, le beurre et l’huile sont présents partout. L’un de ces gras permet d’améliorer le goût de la cuisson. Il y a des nombreuses théories des chefs cuisiniers, celles de madame et monsieur Tout-le-monde ou celle des nutritionnistes. Le choix du gras pour la cuisson des aliments se base sur deux facteurs : sa teneur en acides gras et son point de fumée. L’huile d’olive et l’huile canola raffinée sont les meilleurs pour les cuissons sur la cuisinière. Elles sont idéales pour faire cuire les viandes ou faire sauter les légumes, et on peut les en servir pour les cuissons au four. Bien que le beurre nous donne un bon goût aux viandes, il est contre-indiqué pour la cuisson des aliments en général du fait qu’il noircit rapidement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *